Le délégué du personnel, M. Bigdefender, toque à la porte du DRH M. Airache.

Le DRH : Moui…

Le DP : Bonjour M. Airache, comment allez-vous ?

Le DRH : Jusque-là ça va, mais j’imagine que vous ne venez pas me voir uniquement pour savoir comment je vais ?

Le DP : vous avez raison, M. Airache, vous êtes fin psychologue

Le DRH : Et vous fin négociateur. Alors que puis-je faire pour vous ?

Le DP : Oh moi, vous savez, je ne suis que le porte-voix des salariés. C’est à propos de la coupe du monde de foot. On voudrait suivre la coupe du monde de foot au boulot.

Le DRH : quel rapport avec le travail ?

Le DP : eh bien c’est à cause des horaires de programmation. Certains matchs ont lieu en pleine journée. J’ai pensé que ce serait bien pour la dynamique de groupe que de rassembler les salariés intéressés devant les matches dans la salle de conférence.

Le DRH : La dynamique de groupe… voyez-vous ça…

Le DP : Et on pourrait organiser des pots pour fêter ça jusqu’en finale. Avec Griezmann et sa clique, on est sûr d’aller au bout, le Comité Social et Economique est prêt à payer les cacahuètes, les boissons, pastis, Whisky, coca et bien sûr le champagne pour la finale.

Le DRH : oulalah, comme vous y allez. Je vous rappelle que le code du travail n’autorise que le vin, le cidre, la bière et le poiré, sauf disposition contraire du règlement intérieur.

Le DP : Le poiré ? Mais qui boit encore du poiré de nos jours ?

Le DRH : Moi par exemple, mais chez moi, à la maison, en digestif

Le DP : et le pastis ? Et le Whisky ?

Le DRH : C’est pas moi qui fais les lois. Et de plus, il vous faut une autorisation de la direction, et vu les risques encourus par l’employeur, je ne pense pas inciter notre nouveau Directeur général, M. Froidevant, à risquer la prison.

Le DP : La prison pour un pastis ? Mais qu’est-ce que vous me racontez ?

Le DRH : Eh bien supposez qu’un salarié, après 5 pastis, se tue en voiture en rentrant chez lui. Qui sera responsable ?

Le DP : Ben lui, c’est lui qui a trop bu. L’avait qu’à pas boire.

Le DRH : Ben non. Figurez-vous M. Bidefender que le simple fait d’autoriser l’introduction sur le lieu de travail d’autres boissons alcoolisées que celles autorisées ou de laisser entrer ou séjourner un salarié sous l’emprise de l’alcool est passible d’une amende de 10 000 €. Cette peine est applicable autant de fois qu’il y a de salariés concernés par l’infraction. Et si en plus c’est l’employeur qui fournit les alcools je vous dis pas, c’est la faute inexcusable assurée.

Le DP : Ben s’il est mort…

Le DRH : Eh bien dans ce cas ce seront ses ayants-droit qui pourront prétendre à la réparation intégrale du préjudice. Non, trop risqué. L’employeur est responsable de la sécurité de ses salariés pendant et après évènement, tant sur le plan civil que sur le plan pénal. Un match de foot un peu trop arrosé peut donc couter très cher à l’entreprise.

Le DP : Bon mais alors, je dis quoi à mes salariés, c’est que les élections approchent, c’est dans trois mois, et vous avez besoin de moi pour signer vos accords collectifs M. Airache…

Le DRH : Eh bien disons que je vais intercéder en votre faveur auprès de M. Froiddevant, mais uniquement pour dégager du temps de pause aménagé, pas d’alcool, c’est promis ?

Le DP : Juré M. Airache

Le DRH : Le seul problème…

Le DP :… Encore un problème ?

Le DRH : M. Froidevant…

Le DP : Eh bien…

Le DRH : M. Froidevant a horreur du foot…