La loi 2014-288 du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle impose à l’employeur d’organiser un entretien professionnel périodique avec ses salariés en vue notamment d’examiner leurs perspectives d’évolution professionnelle. Un état des lieux récapitulatif est organisé au bout de 6 ans.

Dans le contexte de la crise sanitaire liée à la propagation de la Covid-19, des reports de délais ont été accordés aux employeurs (ordonnance 2020-387 du 1er avril 2020, modifiée par l’ordonnance 2020-1501 du 2 décembre 2020, puis la loi de gestion de la sortie de crise sanitaire 2021-689 du 31 mai 2021).

Il y a donc une tolérance pour la tenue des entretiens périodiques d’état des lieux jusqu’au 30 septembre 2021. A défaut, pour les manquements constatés sur la période de mars 2014 à septembre 2021, un abondement correctif devra donc être effectué à partir du 1er octobre 2021 et avant le 1er mars 2022, date limite de versement du solde de la contribution à la formation professionnelle.

RAPPEL

L’entretien professionnel a lieu tous les 2 ans et tous les 6 ans il est fait un bilan récapitulatif. Il est destiné à accompagner le salarié dans ses perspectives d’évolution professionnelle (qualification, changement de poste, promotion, etc.) et à identifier ses besoins de formation (et notamment envisager l’activation du compte personnel de formation) et de validation des acquis de l’expérience (VAE).

L’entretien professionnel ne concerne pas l’évaluation du travail du salarié, qui est effectuée (le cas échéant) dans le cadre de son entretien annuel (d’évaluation).